La pureté du processus d’embouteillage d’Eska

L’eau de source naturelle d’Eska est embouteillée directement à la source de l’esker, où elle passe à travers un système de filtration naturel qui dure 15 ans. Cinq minutes (pas plus!) après avoir été puisée du sol, l’eau est enfermée dans nos bouteilles de plastique recyclé distinctives. De la fraîcheur à l’état pur!

On a discuté avec notre chef de l’exploitation et vice-président aux opérations, Michel McArthur, pour parler du processus de filtration naturel d’Eska, de son processus d’embouteillage et du fort engagement de l’entreprise à protéger et à préserver la source de l’esker.

Où se trouve l’esker?

L’esker Saint-Mathieu-Lac-Berry est situé à Saint-Mathieu-d’Harricana, en Abitibi-Témiscamingue, à environ 600 kilomètres au nord de Montréal, Québec. L’esker est une rivière souterraine qui s’est formée après le retrait d’un glacier il y a environ 9 000 ans. Il a donc tout un historique!

Pouvez-vous nous parler du système de filtration naturel d’Eska?

Quand l’eau sort de la terre, elle est déjà naturellement filtrée et incroyablement pure. Pour conserver sa pureté, nous la pompons dans des tuyaux faits d’acier inoxydable, car c’est un matériau hygiénique, très facile à nettoyer. L’eau passe ensuite à travers une lumière UV qui tue les microorganismes potentiels.

L’eau passe ensuite à travers une autre lumière UV avant de passer à travers un filtre de 3 microns qui permet de retirer toute particule importante qui aurait pu accidentellement s’insérer dans le processus d’embouteillage.

Notre eau est de si bonne qualité et si naturellement pure que nous n’avons ni besoin de la filtrer, ni de l’ozoniser. Nous avons mis en place des mesures de précaution afin de nous assurer que notre eau n’est ni modifiée, ni accidentellement contaminée de quelque façon qui soit. Nous embouteillons notre eau moins de cinq minutes après l’avoir puisée de la source, ce qui la rend quasiment intouchée au moment de l’embouteillage. De l’eau pure, comme dans la nature.

Comment ce système de filtration naturel de l’eau diffère-t-il de celui des compétiteurs? 

La plupart de nos compétiteurs ozonisent leur eau. Ceci signifie qu’ils exposent l’eau à de l’ozone, un gaz désinfectant très efficace qui nettoie l’eau et l’intérieur de la bouteille.

Le bon côté du système d’ozonisation est qu’il évite de contaminer l’intérieur de la bouteille d’eau. Le mauvais côté: l’eau contient un certain niveau de bromure (qui apparaît naturellement dans l’eau), et il existe un risque que le bromure s’oxyde et devienne du bromate — qui, en forte dose, est une substance cancérigène enregistrée.

Certains de nos autres compétiteurs utilisent un processus de microfiltration. Notre filtration est de 3 microns, mais de nombreuses entreprises utilisent des filtres aussi petits que 0,2 ou même 0,4 micron pour filtrer toute mauvaise bactérie. Ils ozonisent ensuite l’eau et la font passer par une lumière UV. 

Certaines entreprises utilisent de l’eau municipale par osmose inverse, car elle est passée par un système de filtration spécial qui élimine tous les minéraux de l’eau.

Puis, certaines eaux de source contiennent des éléments instables comme du manganèse et du fer, qui peuvent s’oxyder et devenir solides, laissant de minuscules particules visibles dans l’eau, ce qui n’est pas très appétissant! Beaucoup d’eaux de source requièrent des systèmes de filtration spéciaux pour éliminer ces éléments indésirables de l’eau. 

Mais, chez Eska, nous n’avons pas besoin d’utiliser des processus de filtration spéciaux, car la qualité de notre eau à la source est vraiment excellente. Nous n’avons, en fait, pas besoin de la traiter. C’est plutôt le contraire: nous avons mis en place des mesures pour nous assurer que l’eau demeure intouchée, comme dans la nature.

Comment protégez-vous et préservez-vous l’esker et la région qui l’entoure? 

Personne ne se préoccupe autant de l’esker que nous! Nous utilisons de l’équipement de suivi pour mesurer le débit de la source, et ce, 365 jours par année. Nous avons de l’équipement qui mesure la nappe phréatique de l’eau pour s’assurer que le niveau demeure suffisant et sain; tout ceci est fortement contrôlé par le gouvernement.

Michel McArthur

Lorsque le ministère de l’Environnement nous a accordé le permis pour notre puits, nous avons pompé l’eau pendant deux années, sans arrêt, pour prouver la durabilité du puits et de la source. Nous ne prélevons qu’une petite fraction de l’eau qui provient du sol.

Nous nous engageons également à protéger l’environnement autour de l’esker. Les municipalités locales ont mis en place des règlements d’utilisation de la terre afin de prévenir toute action qui pourrait endommager l’esker. En fait, lors de la construction, une énorme membrane a été placée sous l’usine afin de capturer tout contaminant potentiel qui pourrait s’infiltrer dans l’esker.

Notre usine est également bâtie sur du béton, ce qui est plus coûteux, mais élimine le risque de contamination des aquifères par de l’asphalte à base de pétrole. Ceci rentabilise donc plus qu’assez notre investissement. 

Nous aidons aussi à financer la recherche locale pour préserver l’esker. Nous soutenons une université locale en plus de la Société de l’eau souterraine de l’Abitibi-Témiscamingue, un organisme sans but lucratif qui effectue des études pour protéger la source.

De notre système de filtration naturel jusqu’à la protection de l’esker, toute la philosophie d’Eska vise à suivre la vraie nature de l’eau pour qu’elle demeure aussi pure et naturelle que possible.

Comments are closed.